Trouver sa voie : Conseil n°1

22/01/2017

trouver sa voie - conseil 1
J’ai des personnes qui m’écrivent et me demandent des conseils. Je voulais les partager ici car ça peut aider d’autres personnes aussi. Ça m’a donné l’idée de commencer une petite série de conseils simples et pratiques. Je débute par celui ci.

Il y a une première chose qui me plombait quand je voulais tellement trouver ma passion mais je savais pas par où commencer.

Je ne sais pas ce que je veux

J’arrêtais pas de dire « Je sais ce que je ne veux pas mais je ne sais pas ce que je veux ». Je l’ai dit plein de fois. J’en restais là dans ma réflexion. Donc je n’avançais pas. J’arrêtais pas d’énumérer ce qui n’allait pas, ce que je ne voulais plus, ce qui me frustrait. J’arrivais pas à décoller mes yeux de cette situation qui me pourrissait le quotidien et je disais inlassablement « Je sais ce que je ne veux pas mais je ne sais pas ce que je veux ».

On me demandait ce que j’avais envie et je répondais « Je sais ce que je ne veux pas mais je ne sais pas ce que je veux ». C’était suffisant pour clôturer une conversation. Si je disais que je ne savais pas, c’est que je ne savais pas. Je ne cherchais pas plus loin. Je crois que j’avais besoin de statuer sur le fait que je ne voulais plus ma situation actuelle et exprimer un peu mon ras le bol. .

Mais en disant ça, ça ne m’aidait pas à savoir ce que je voulais, à avancer dans mon projet. « Je sais ce que je ne veux pas mais je ne sais pas ce que je veux » Ce n’est pas la fin de la conversation. Ce n’est pas suffisant. Je suis restée là dedans pendant des mois sans faire de progrès.

Tu sais pendant les leçons de conduite on te dit toujours « Regarde où tu veux aller. Si tu regardes l’obstacle, tu vas foncer droit dedans ». Bah ici c’est pareil. Si tu continues de ressasser ce que tu ne veux plus, non seulement tu ne crées pas ce que tu veux mais tu entretiens et attires la situation ce que tu ne veux plus. C’est un cercle vicieux.

Peut être que pour toi, c’est pas exactement cette phrase que tu utilises.

J’avais une cliente qui me répondait “I don’t know” à toutes les questions quand on explorait ses possibilités. Elle disait “I don’t know” presque comme un tique de langage. Elle se cachait derrière ses “I don’t know” comme si c’était une réponse valide.

Il y a des personnes qui me disent « Bah je peux procéder par élimination, non? Comme je sais ce que je ne veux pas, par opposition je peux trouver ce que je veux non?” Euh non pas vraiment. C’est pas comme ça que ça marche. Il y a une infinité de choses qui sont “ce que tu ne veux pas”(un peu compliquée la phrase hein).

Tu as les réponses en toi

Je voulais te dire: Personne ne le sait à part toi. Tu as les réponses en toi.

Peut être que tu n’as pas l’impression de savoir, peut être que tu n’es jamais allé regarder en toi, peut être tu n’as jamais osé dire ce dont tu avais envie. Mais tu le sais. point barre. C’est quelque part en toi.

Le “Je ne sais pas ce que je veux” ou le “I don’t know” n’est qu’un bouclier qui t’empêche de trouver tes réponses aujourd’hui. Rester dans le “je ne sais pas”, ça peut durer longtemps très longtemps. C’est surtout frustrant et pas du productif. On n’en sort qu’en décidant de savoir.

En fait, pendant trop longtemps, on t’a dit ce qu’il fallait faire. Et pour la première fois de ta vie, personne n’est là pour te dire ce que tu as à faire, ce qu’il faut faire. C’est à toi d’aller trouver ce que tu veux. C’est tout nouveau je sais. C’est pas facile non plus. Là tu changes de mode, tu décides de trouver ce que tu veux faire, ce que tu as envie de faire. Tout vient de toi.

Pour t’aider, tu peux utiliser ce mantra :”J’ai les réponses en moi“. Ça pourra sonner faux ou comme une surprise au début. Plus tu te le répèteras, plus tu commenceras à y croire.

Conseil n° 1 : Ne restes pas derrière le « Je sais ce que je ne veux pas mais je ne sais pas ce que je veux ». Dis-toi que tu as les réponses en toi.

You Might Also Like

12 Comments

  • Reply Elisa 23/01/2017 at 00:01

    Bonsoir.

    Article très philosophique lol

    Bonne continuation 🙂

    • Reply Anna 23/01/2017 at 16:38

      Bonjour Elisa 🙂 C’est la première fois qu’on me dit que ce que j’écris est philosophique :). J’adore. C’est vrai au fond. Je pensais que j’effleurais le métaphysique plutôt lol. Merci

  • Reply maman délire 23/01/2017 at 12:35

    et voilà, je viens de tomber sur une pépite !!! je sais ce que je vais faire ce soir : lire tout ton blog !! ( là j’ai pas trop le temps, je suis au travail…) tu me parles d’une force… si tu veux savoir pourquoi, tu peux aller lire mon billet… https://deliresetdesriresdemaman.wordpress.com/2017/01/09/2017-annee-defi/ ! évidemment, je viens de m’abonner a ton insta !

    • Reply Anna 23/01/2017 at 16:41

      Hello Maman délire, j’ai dévoré ton article. Je comprends pourquoi ça te parle. Oui je t’invite à tout lire lol. J’étais dans cette réflexion et décision il y a 2,5 ans. Tu es Anna 2014 (cf cet article https://www.dowhatyoulove.fr/2017/01/06/lectrice-ideale/. ) Bonne lecture !

      • Reply maman délire 23/01/2017 at 20:15

        merci pour le “dévoré” oui je l’ai déjà lu cet pares celui là ( j’ai pas pu m’empêcher de surfer..) et je te confirme : je veux être toi dans 2 ans ! bon y’a du boulot.. mais l’envie est là ! c’est le principal non ? ton blog et ton site sont très beaux ! graphiquement, à l’intérieur… j’adore.

        • Reply Anna 23/01/2017 at 23:47

          C’est très courageux de ta part de dire tout haut et annoncer que tu veux devenir coach. Tu sais tu es exactement là où tu es censé être. Le chemin qui se déroule devant toi est merveilleux et plein de découverts tu n’imagines même pas 🙂 heureuse que mon site te plaise. Oui l’envie de faire ton chemin c’est ça le principal !!

          • maman délire 24/01/2017 at 13:24

            merci à toi ! le clamer haut et fort faisait pour moi partie du processus : si je l’annonce, je ne peux plus faire machine arrière.. du coup je met un coup sur la tête de mon moi intérieur mort de trouille !

          • Anna 24/01/2017 at 16:37

            Oui bien sûr à un moment donner on a besoin de le dire au monde entier pour commencer à avancer vraiment. On est face à la peur et face à son challenge. La peur ne transparait pas dans ton article :). Suivre son chemin te challengera à toutes les étapes. Bon courage à toi !

  • Reply Fille de Brigand 24/01/2017 at 11:30

    Le plus difficile pour moi a été de les écouter, ces réponses… et de les considérer. Et puis, après des années de refoulement, une bonne dépression aussi, une longue rémission surtout et des expériences professionnelles et de vie qui m’ont accompagnées… j’ai décidé de tout changer, et de me donner la chance de réaliser mon rêve. Je ne précipite rien, je me prend le temps, parfois on me regarde de travers ou on me sourit avec compassion déplacée… Mais, peut importe, je sais vers où je souhaite aller. Je saurai trouver les chemins pour avancer 😉

    • Reply Anna 24/01/2017 at 11:35

      Ecouter les réponses : c’est mon prochain conseil 🙂 Ton chemin de vie t’a construit et tu as le courage d’aller chercher la vie que tu souhaites. Tu sais les autres n’ont pas besoin de te comprendre. Ils vont avoir de la compassion déplacée comme tu dis. L’important est que tu saches où aller et que tu suives ton coeur.

      • Reply Fille de Brigand 30/01/2017 at 11:06

        Merci Anna pour ton petit mot. Tu as raison, et étrangement… c’est ce que je me mets naturellement à faire depuis quelques jours. Écouter les réponses, les entendre surtout et leur faire confiance… parce que j’ai confiance en l’harmonie qui m’habite. 🤗

        • Reply Anna 30/01/2017 at 21:55

          Tu as de la sagesse au fond de toi 🙂 Juste écoutes la.

    Leave a Reply