Outil de développement personnel

Changer ses histoires / Changer sa vie

08/10/2016

changer ses histoires changer sa vie

Ces histoires que j’ai trop racontées

L’autre jour c’était la énième fois que je racontais les mêmes histoires à mon mari.
Ça commencent souvent par “Je t’ai raconté la fois où …?” Parce que je sais qu’après plus de 8 ans de vie commune on s’est raconté plein de chose et qu’on a un peu fait le tour de nos histoires. Sur un ton mutin, je lui demande parfois : “ T’es sûr de vouloir vieillir avec moi et d’écouter les mêmes histoires encore et encore ?” mais lui me répond “Okkkaaayyyy” sur un ton las en plaisantant 😃.

Ces histoires que je raconte :
quand on ma mère m’a puni dans les toilettes, quand j’ai fait une grosse bêtise et quand j’ai testé des nouveaux ciseaux sur mon nouveau pull, quand j’ai vu un exhibitionniste, quand mon père m’a piqué ma tirelire, quand on j’ai eu la varicelle et que je ne pouvais plus jouer avec personne, quand ma cousine et moi n’avons plus jamais été meilleures amies…

Ces histoires où je me sentais pas fière, où je me suis sentie lésée, les petites ou grandes injustices, à quel point les gens m’ont fait du tord et lui m’écoutait avec une oreille attentive et pleine d’amour.
Sauf que l’autre soir, on s’est rendu compte que j’étais arrivée à bout de toutes mes histoires. Je lui ai bien sûr déjà répété plusieurs fois les mêmes histoires. J’insiste toujours pour lui raconter l’histoire même s’il ne l’a pas envie de l’entendre. Après tout, c’est son rôle de mari hahaha !

De nouvelles histoires

On était posé sur le canapé. Pour trouver d’autres histoires, il me propose de raconter des histoires où les gens ont été gentils avec moi.
Étonnamment, je ne parle jamais ces histoires là. J’ai été prise au dépourvu. Il m’a fallu un peu de temps pour en trouver.

Et ça m’est venu. Je me suis souvenue des fois où j’allais chez ma tante et je la suppliais de laisser ma cousine passer un bout des vacances avec moi parce que je me sentais tellement seule. Je ressentais un immense bonheur à l’avoir avec moi à la maison. On passait des moments fabuleux. On rigolait. On partageait tout. Ma mère était d’une extrême gentillesse avec elle. Je la chérissais.

Ma cousine et moi

ma-cousine-et-moi-2

En prononçant ces mots, j’ai eu une profonde émotion. Je n’avais jamais évoqué ces moments de bonheur depuis la fin de notre amitié. Je parlais d’une amitié qui n’existait plus. D’une amitié qui avait pris fin d’une manière douloureuse.
Mais j’étais restée dans ma douleur et pendant toutes ces années. Je m’étais tellement plaint de la fin de notre amitié que j’en avais oublié la beauté de notre relation et l’amitié qu’on avait eu l’une pour l’autre.

Puis, je me suis rappelée d’une autre histoire.
Mes parents restaient souvent très tard chez mes grands parents. La plupart du temps, je m’assouplissais sur le canapé. Mon père me portait toujours sur son dos pour me ramener à la voiture. J’étais à moitié endormie. J’aurais pu marcher mais je faisais bien attention de rien laisser paraître. 🙂 J’aimais me laisser bercer sur son dos.

Ma famille

Les matins d’école, je réclamais que mon père m’y emmène parce qu’il me prenait mon cartable et me portait sur son dos. Je n’avais pas à marcher. J’adorais ça. Même aujourd’hui, j’ai gardé une affection particulière à me faire porter sur le dos. En grandissant, j’ai oublié tous ces moments avec mon père. Notre relation s’est faite de plus en plus distante voire indifférente.

Ça m’a fait un bien fou de me rappeler ces bons moments. On oublie vite tout ça. On est bloqué dans des histoires de rancoeur et d’amertume. Parfois, on ne sait même plus quand ça a commencé et pourtant on laisse ça perdurer.

En prenant du recul, je me suis rendue compte que je relate toujours des histoires de rancoeur, de frustration, d’amertume, de trahison… C’est l’image que j’avais de mon enfance.

On devient ce qu’on raconte, ce qu’on nourrit.

Je parle et déverse mon amertume en racontant des histoires d’amertume. Je suis devenue amer à propos de mon enfance et de toutes les personnes qui la composent. J’y tenais le rôle de la victime. C’était peut être vrai mais seulement dans la version de l’histoire que je racontais.

Mais quand mon mari m’a demandé de parler des bons moments, j’ai ouvert les yeux sur l’amour, la tendresse, le bonheur, les petites choses…. Parce qu’au fond, les actes de petites trahisons ne sont arrivées que très rarement. Sauf que je les ai nourri avec les années de ma souffrance. J’ai cru à mes propres histoires. Je les ai ressassé et les ai raconté à qui voulait bien m’écouter. J’ai laissé ces petites histoires devenir le ciel de mon enfance alors que ce n’était que quelques nuages noirs.

You may not control all the events that happen to you, but you can decide not to be reduced by them. – Maya Angelou

Je ne suis plus la petite fille qui a subi les petites histoires d’amertume. Je choisis de me rappeler de tous les bons moments. Je courrais joyeusement pendant les repas de famille, j’étais entourée de pleins de cousins, j’ai été la meilleure copine de ma cousine, mon père m’a beaucoup porté sur son dos, j’ai passé des merveilleux étés, j’étais la petite fille préférée de mes grands parents.

Heureuse petite fille

Changer vos histoires, changer votre vie

C’est vrai pour tout. Écoutons-nous parler! Quelles sont les histoires que vous racontez le plus souvent ?

Sur les sujets où vous êtes négatives, si vous le souhaitez vous pouvez changer.
Je suis sure qu’il y a autant d’histoires positives à raconter sur le même sujet. Mais c’est à vous de choisir le côté pile ou le côté face. Le positif ou le négatif, ce qui vous rend joyeux, ce qui vous nourrit ou ce qui vous rend triste. À vous de choisir !

Donc aujourd’hui, je choisis.
Maintenant que j’en ai conscience de ce que je présente de mon enfance, je choisis consciemment de parler des choses positives de voir l’amour et les attentions que j’ai reçues.

When we deny the story, it defines us. When we own the story, we can write a brave new ending. – Brené Brown

Si vous évoquez des histoires d’échec et de malchance, vous vous croyez malchanceux et perdants. C’est comme une façon pour vous de démontrer que vous avez raison. La preuve : Toutes vos histoires vous le prouvent.

Plus vous vous focaliserez sur des histoires de succés, d’amour, de chance, de joie, plus vous le verrez, plus vous attirerez ces situations dans votre vie. Vous commencerez à le chercher à voir votre vie sous cet angle.

En changeant votre perspective vous changez vos émotions, vous changez vos énergies, vos actions et toutes votre expérience.
Je vous propose de tester par vous même. Il n’y a que par l’expérience que vous pourrez voir le changement 😃

En pratique

Essayez cette technique sur un domaine de votre vie qui vous frustre, sur lequel vous portez un regard négatif, un domaine où vous auriez aimé que ce soit différent.

Commencez par vous rendre compte de la teneur des histoires que vous racontez.
Peut être que vous vous êtes mis dans un rôle qui ne vous correspond plus. Puis seulement à partir de là vous pourrez avoir le choix de changer votre perspective.

Demandez-vous :

Quels sont les histoires que vous relatez concernant ce sujet ?
Quand on a certaine croyance, on relate toutes les histoires qui nous comfortent dans cette croyance. Si on croit qu’on est malchanceux en amitié, on trouve toujours des histoires qui vont en ce sens.
Quelles sont les émotions prédominantes ?
Frustration, colère, amertume, doute, peur, ressentiment… ? Rappelez-vous on attire ce qu’on est. Si ce sont des émotions qui subsistent en vous, vous attirez et/ou créez des situations qui résonnent avec ces émotions. Simple loi de l’attraction. 🙂
Avez-vous envie de changer ce que vous ressentez et comment vous percevez de la situation ?
Parce que ça reste toujours un choix. À vous de choisir ce que vous souhaitez nourrir et ce que vous récolterez.
Comment ça affecte votre vie en général ?
Je vous raconte même pas à quel point ça a affecté mes relations amicales d’avoir été bloquée dans une histoire où j’ai souffert de la séparation avec ma meilleure amie.
Maintenant changer de perspective : Quelles sont les histoires qui vous réchauffent le coeur, les histoires qui vous touchent qui vous rend heureux, fier, joyeux …?
Je vous assure il y en a. Beaucoup plus que vous ne pouvez l’imaginer.

Bien sûr, vous ne changerez pas les autres histoires. Personne ne peut changer le passé. Mais vous pouvez la façon dont vous le percevez. Mais c’est à vous de choisir ce que vous voulez nourrir et de choisir qui vous voulez être. Vous pouvez mettre en avant les histoires qui résonnent avec vous. Vous n’avez plus à vivre avec ce poids.

Vous êtes les histoires que vous racontez.

Maintenant à vous !
Quelles sont ces histoires différentes que vous pourrez raconter sur vos relations amoureuses/amicales votre enfance, votre business…?

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply Illyria 04/03/2017 at 23:58

    Il est super chouette et vraiment très intéressant cet article! C’est vrai que cela met ce que l’on dit dans une perspective intéressante et dans une vision plus globale, c’est à retenir.
    Merci pour ton blog sinon! Je suis contente que tu aies réussi à créer une vie dans laquelle tu es plus heureuse! Je réfléchis à quitter mon travail aussi, et tes articles m’aident à réfléchir 🙂

    • Reply Anna 05/03/2017 at 21:33

      Merci Illyria 🙂 contente que cet article t’aies plu ! Merci pour ton commentaire. C’est pour aider des personnes comme toi, pour les inspirer, les aider à réfléchir, leur faire comprendre que c’est possible, que la vie peut être choisie et qu”iil est possible de vivre une vie qui nous plaise sur le bout de doigts. Je te souhaite une belle fin de week-end. Anna

    Leave a Reply