Face à la peur

04/07/2016

Face à la peur

A l’origine, ce poste était un bilan de l’année 2015. Mais j’ai mis tellement de temps à oser le publier qu’on est déjà en Juillet.

Dans ma première version de cet article, je listais mes réussites, des chiffres et ce que j’ai accompli en 2015 en admettant seulement quelques trucs qui n’ont pas marché comme je le voulais. Mais je ne peux pas réduire l’année passée à des chiffres.
2015 est l’année où je me suis donnée la permission de vivre, faire ce que j’aime et faire le grand saut.

Le blocage

Il y a eu un avant et un après avoir quitté mon job.
Je pensais que le plus dur serait de partir et que le reste se déroulerait sans accros, que j’aurais eu tout mon temps pour faire ce que je voulais. Et bien ce n’est pas vraiment ce qui s’est passé 🙂

Pleine d’enthousiasme et de volonté, j’ai commencé à planifier, faire des listes de tâches de personnes à rencontrer, d’évènements, de networking… J’étais parée pour devenir life coach et suivre ma voie. Il ne restait plus qu’à passer à l’action.
Sauf que je n’y arrivais pas. J’avais beau être assise tous les jours devant mon ordi. Je n’y arrivais pas. Il y avait quelque chose qui m’en empêchait. Je suis plutôt une personne qui fonce et me démène pour atteindre mes buts. Mais cette fois-ci, je ressentais une très forte résistance.

J’aurais pu me forcer et me débattre comme je faisais auparavant. Mais en quittant mon emploi ma décision n’a pas été de changer de carrière mais de changer de vie. Je ne veux plus sentir ce stress. Je voulais surtout construire une vie épanouie et faire ce que j’aime. Non, je n’allais pas me forcer. Ça n’avait plus sa place.

La peur sur le chemin de l’épanouissement

J’ai trouvé cet exercice où on choisit un mot qui qualifie l’intention pour l’année Find a word
Si j’avais dû choisir un mot pour 2015 après coup ça aurait été « Peurs ».

Pendant toute l’année 2015, j’ai fait face à mes peurs petites ou grandes. La peur qui vous fige sur place, la peur qui vous écrase, la peur qui prend à la gorge, la peur omniprésente, la peur qui vous susurre à l’oreille que vous n’êtes pas à la hauteur.

La peur était belle et bien présente (liste non exhaustive):

  • Quand j’ai annoncé sur Facebook que je devenais life coach, Je me rappelle encore les sueurs froides dans mon dos lorsque j’ai appuyé sur le bouton publié,
  • Quand j’ai créé ma page facebook,
  • Quand j’ai dit à mes parents que je devenais life coach,
  • Quand j’appuie sur le button “Publier” à chaque nouvel article,
  • Quand j’ai lancé mon site,
  • Les premières fois où je disais que je pouvais vivre du coaching
  • Les premières fois où j’annonçais mes tarifs à mes clients

J’avais osé croire que la peur me quitterait une fois que je serais partie de mon travail. En fait, d’autres peurs se sont insinuées en moi. Ce n’était plus les grandes peurs écrasantes mais c’était des peurs insidieuses mais présentes.

Chaque action était difficile à faire. C’est la première fois que je crée une entreprise de coaching et que je deviens entrepreneuse. À peine, j’adopte le rôle coach que je dois affirmer et porter ce rôle devant le monde entier. À chaque instant, la peur était présente par la peur de la critique, la peur de faire une erreur, la peur de ne pas être à la hauteur, la peur de l’échec, la peur de ne pas être légitime. Toutes sortes de peur. Donc c’était normal que je me sente bloquée au fond.
Le jour où j’ai quitté mon ancien job je suis totalement sortie de ma zone de confort. Je me suis lancée dans l’inconnu. Avant cela, je n’avais jamais créé d’entreprise, je n’avais jamais été coach, je n’avais jamais appris à écouter mon coeur au fond. Tout est nouveau pour moi. C’est normal que ça ne soit pas facile que chaque pas ça soit un combat intérieur.

Origine de mes peurs : moi

Plus j’essayais de repousser la peur, plus elle revenait. C’était frustrant parce que j’en étais consciente et je me sentais parfois incapable de la surmonter. J’avais tellement envie de construire une vie épanouissante mais tous mes efforts étaient contrecarrés par mes peurs.
Je n’étais plus dans un métier que je n’appréciais pas. Je ne pouvais pas me plaindre de ça. Rien, ni personne ne m’empêchait de mener à bien mes actions. J’ai fini par comprendre que j’étais la seule à l’origine de toutes ces peurs, ce stress, ce blocage. C’était quelque chose en moi que je devais explorer. Personne ne pouvait faire ce travail pour moi mais seulement moi qui pouvait m’aider en ayant le courage d’aller regarder en moi.

Expose-toi à tes peurs les plus profondes. Après cela, la peur ne pourra pas t’atteindre – Jim morrison

Avec le développement personnel, le coaching, les morning pages et du travail énergétique, j’ai fait un travail en profondeur pour explorer la source de mes peurs, reprendre le pouvoir sur moi même et non la laisser diriger ma vie. C’était difficile émotionnellement. J’ai mis à jour beaucoup de choses.

Ce que j’ai appris

J’ai commencé 2015 pétrifié par la peur de quitter mon emploi. Malgré la peur, je l’ai fait. Mais partir n’a été que le premier pas. Ce n’est pas seulement un changement de carrière. Mon souhait est de créer une vie en résonance avec la passion, la créativité, la joie, l’amour et l’authenticité. Je sens que je suis seulement au début du chemin et qu’il est merveilleux. Je suis en train de changer de l’intérieur pour devenir qui je suis vraiment.

Chaque pas qui vous rapproche de vos rêves est un pas en dehors de votre zone de confort et sera teinté de peur. Ils vous demanderont de faire des choses que vous n’aurez jamais faites et d’y croire quand personne d’autre n’y croira.

Ne craignez pas vos peurs. Ils ne sont pas là pour vous effrayer. Ils sont là pour vous faire savoir que cela en vaut la peine.― C. JoyBell C.

Ça ne fait qu’un an que j’ai quitté mon ancien job. Ça demande du temps pour changer. Il y a tellement de choses qui se sont produites. Je suis sur le bon chemin. Je profite de chaque instant. J’ai choisi de me laisser du temps pour construire cette nouvelle carrière pour créer une entreprise de coaching qui me ressemble.

J’ai un peu perdu pied en 2015 à force de trop vouloir tout faire tout de suite. J’ai oublié la raison pour laquelle j’ai changé de carrière: Faire ce que j’aime. En 2016, j’ai décidé de me reconnecter à la joie dans tout ce que je fais y compris dans mon entreprise.

Ça demande un engagement constant de ma part pour atteindre mon rêve et réaliser ma mission de vie. Ils me demanderont de sortir de ma zone de confort. Il y aura des hauts et des bas. Ça ne sera pas facile tous les jours. Des fois, je serais perdue, frustré, découragée… Mais je sais que ça en vaut la peine.

Et vous qu’est-ce qui s’est passé en 2015 pour vous ?

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply A ma lectrice idéale – Do What You Love 06/01/2017 at 19:26

    […] je n’ai plus peur d’admettre que j’ai eu peur. Je ne suis pas parfaite loin de […]

  • Reply maman délire 19/09/2017 at 11:28

    je crois que j’en suis là………

  • Leave a Reply