Se déconnecter / Se reconnecter

21/05/2016

Se déconnecter - Se reconnecter entrepreneuse

Il y a un an, Je me suis lancée dans le coaching à plein temps. L’aventure n’a pas toujours été le plus évident. Au quotidien, je me pousse beaucoup pour sortir de mes gonds, trouver des moyens pour atteindre plus de monde, passer à l’action, trouver/attirer mes clients idéales, communiquer et faire du marketing.

J’adore le coaching. Mais à trop vouloir le faire marcher, à trop vouloir créer, je deviens la source de mon propre stress. J’y pense tout le temps, le week end, en vacances et dans toutes mes conversations.

J’ai pris la décision de prendre 3 mois de break pour me déconnecter de l’entreprenariat et des réseaux sociaux. Je vous explique pourquoi.

Écouter son intuition

Lors du workshop de Rebecca Campbell à Londres, elle nous a fait faire une exercise pour exprimer ce que nous avons au fond du coeur.

À ma plus grande surprise, j’ai dit que j’avais besoin de souffler et de m’arrêter. Cette idée folle est atterrie dans ma tête: faire un break de 3 mois. Ça ne faisait aucun sens pour moi de faire une pause. Ce n’était pas du tout prévu dans le planning. J’avais envie de publier plus, parler à mes clientes idéales, monter crescendo et faire plus de marketing. Au contraire, je me sentais prête pour mettre les bouchées doubles.
Mais Rebecca Campbell venait tout juste de nous rappeler cette citation.

If it doesn’t make sense, you know it’s your intuition. – Rebecca Campbell

D’un côté, j’avais envie de suivre mon intuition. De l’autre, pas sure que 3 mois soit vraiment la solution… alors j’ai entamé une petite négociation intérieure. « Un break? Bon ok, c’est vrai que j’ai envie de souffler. Je peux m’arrêter un mois seulement !? non 3 mois, c’est absurde. Je me suis tellement investie. Ne serait-ce pas un peu trop risqué de perdre ce que j’ai construit pendant cette année? »

Finalement, j’ai laissé les choses se décanter au fil des heures puis des jours. Au début, c’était une idée absurde puis envisageable puis finalement une évidence.

La sérénité en voyage

En 2016, c’est une année où j’ai eu beaucoup voyagé. 5 mois, 5 voyages. Londres, Singapour, Australie, Tasmanie, Zurich, Londres, Venise. Ça va. J’arrive encore à les énumérer 🙂 J’ai voyagé pour des raisons différentes. Toute seule, pour aller voir des amies ou en escapade avec mon mari.

anna partout dans le monde

Par contre, il y a un seul et même point commun. Je me suis rendue compte qu’à chaque fois, je me sentais sereine et bien plus productive. J’arrivais à écrire alors que ça faisait des mois que je n’arrivais plus à écrire. Je n’avais pas publié depuis des mois. J’avais également le temps d’éditer mes photos une chose que je me donnais jamais le temps de faire.
J’ai envie de ressentir cette sérénité chez moi, de pouvoir créer dans mon propre environnement et pas seulement à l’étranger.

Quand je suis chez moi, chaque jour je me sens bloquée. J’ai extrêmement du mal à passer à l’action. Je n’arrive pas à concrétiser mes idées. Je suis assaillie par des tâches à faire. Il y a comme une voix intérieure qui me fait tourner en bourrique et me dit que je devrais faire ci et faire ça. Je résiste. Je m’épuise toute seule.

Je pourrais voyager et continuer à écrire à l’étranger. Mais ce n’est pas une solution. Je ne peux pas continuellement m’échapper.

Je choisis de créer la paix en étant chez moi, créer la paix en moi ou je dirais même plus faire la paix avec moi-même.

Vie d’entrepreneuse

Durant l’année qui s’est écoulée, il y a tellement de choses que je me suis imposées de faire pour trouver des clients, pour me faire connaitre, pour communiquer…. Il parait qu’il faut publier plusieurs articles par semaine, promouvoir ses articles, poster au moins une fois par jour sur Facebook, qu’il faut interagir, qu’il faut liker les autres, qu’il faut un marketing funnel, récolter les mails etc. Certaines personnes vous diront qu’il faut bien faire ça pour se faire connaître pour atteindre sa cible et qu’il faut faire des efforts.

Toutes ces tâches qui finissent par constituer 80% de mon temps, je n’y prends pas plaisir à le faire. Tout ça m’a fatigué.

Ma carrière c’est bien plus que d’avoir des clients, que le compteur Facebook, que des newsletters et que des articles de blog. Ma carrière, c’est ma voie, ma passion, ce que je ferais même si je n’étais pas payée. Ce que j’aime c’est coacher, c’est parler en public, c’est faire des workshops, créer des speechs et des articles inspirants, rencontrer des personnes inspirantes, me connecter aux autres, changer la vie des gens, ouvrir les esprits et les aider à être courageux et vivre leurs rêves.

Oui, bien sûr que j’ai envie de partager mon message et aider le plus grand nombre mais j’ai besoin de redéfinir à ma façon de travailler pour faire ce que j’aime de A à Z et ainsi étendre « do what you love » à tout ce que je fais au quotidien. J’ai envie d’être authentique, donner de la valeur, du contenu de qualité et de toucher les gens en plein coeur.

Ces 3 mois me permettront de me déconnecter de tout ce que je me suis imposée de faire pour mieux réinventer ma propre façon d’être entrepreneuse.

La vraie raison

Laissez-moi vous raconter une petite histoire.
Quand j’ai rencontré mon mari, je savais qu’il était l’homme de ma vie. Je lui demandais (un peu trop lol) souvent de se marier. Lui me disait qu’il n’était pas prêt. Ça me frustrait tellement. Pendant des années, je n’ai pas arrêté de lui en parler. On se disputait à propos de ça. J’en suis arrivée à un point où j’ai commencé à me poser la question si on allait se marier un jour. Ne voyant pas la situation changer, j’ai fini pas me demander ce que je voulais vraiment. (je m’auto-coachais déjà à l’époque :))
Est-ce que je voulais seulement aller à la mairie et avoir le certificat de mariage en main? Non, évidemment.
Et si on ne se mariait jamais, est-ce que je serais d’accord avec ça? Est-ce que je resterais avec lui ? Qu’est-ce qui était vraiment important indépendamment du fait qu’on se marie ou pas?

Finalement, j’ai compris.

Ce n’était pas le bout de papier qui m’importait. Mais ce que je voulais, c’était l’aimer aujourd’hui avec ou sans mariage, avant et après le mariage. L’aimer, être avec lui, lui donner mon plus bel amour aujourd’hui. On ne sait pas de quoi demain sera fait mais je pouvais l’aimer dès aujourd’hui.

J’ai arrêté de lui parler de mariage. Ça a complètement changé ma relation avec lui. Je me suis plus investie dans ma relation au jour le jour. J’ai donné le meilleur de moi-même pour construire notre relation.
Il a fini par me demander en mariage un an après. (je voulais toujours me marier bien sûr 🙂 ).

Vous vous demandez pourquoi je vous raconte cette histoire.
Eh bien, dans cette histoire, j’étais bien trop attachée au résultat : le mariage. Or ce n’était pas le résultat que je voulais mais le pourquoi/la raison profonde : Je voulais être avec mon mari et l’aimer. Le mariage n’était qu’un moyen pour atteindre mon but.

En faisant le parallèle avec mon entreprise, je me rends compte que je suis bien trop attachée au résultat : avoir des clients/des followers/des lecteurs.
Est-ce que je veux seulement avoir des clients/followers et basta? Non
Et si je n’avais jamais de client/followers? Est-ce que je m’arrêterais pour autant? Non

Ce qu’il me reste à trouver, c’est ce qui est réellement important au delà du fait d’avoir des clients.
Je cherche une raison qui soit aussi forte, belle et puissante qui changera ma relation avec mon entreprise et qui m’animera au quotidien peu importe si j’ai 0, 50 ou 500 clients.
Comme dans la relation avec mon mari, je veux le faire avec le coeur, la passion et l’envie. Non, pour le gain ou le résultat.

rebecca campbelle quote

Il est temps que je lâche prise sur l’attente du résultat. Je sais très bien que ce n’est pas pour ça que je suis partie de mon ancien job.

Le non-programme

Au programme:
Terminer les choses, faire le vide en moi et chez moi, tout éteindre, m’ennuyer, ne rien faire, ralentir, bouquiner, avoir les doigts de pieds en éventail, trouver mon rythme naturel, profiter de ma transition, m’amuser comme une petite folle, retrouver mon âme d’enfant, buller, explorer, tester, faire ce que je n’ai pas le temps de faire d’habitude, aller dans des musées, réapprendre à vivre, vivre comme un chat, savourer, ne pas avoir de but, retrouver l’envie, retrouver la joie de ne rien faire et de ne rien penser.

Me déconnecter pour mieux me reconnecter à moi même.

Ah oui, et bien sûr trouver LA vraie raison ! (J’ai déjà une petite idée 😉 )

Tout ça, on est bien d’accord, ça ne me ressemble pas du tout. Je suis plutôt du genre à me torturer pour être productive, être active et perfectionniste.

Pour une personne qui a prévu de ne rien faire, j’ai un long programme haha !

3 mois pour me reconnecter

Maintenant vous savez tout.

Depuis que j’ai pris cette décision, je suis prise d’une frénésie productive et créative. C’est bon signe. Je suis sur la bonne voie.

Je suis partie le 22 mai dernier de mon ancien job. Je choisis cette date qui est devenue symbolique pour moi pour débuter mon break.

Je ne vous laisse pas sans nouvelle. Je continuerai à partager des informations avec vous mais ça sera du contenu préparé en avance. Je vais m’absenter des réseaux sociaux. Je ne vous répondrais malheureusement pas sur Facebook mais seulement par mail :). Je continue à coacher mes clients. Le but est de repenser la façon dont je vis mon aventure entrepreneurial.

Je vous donne rendez-vous en Septembre pour ma rentrée avec une énergie renouvelée.

You Might Also Like

6 Comments

  • Reply Dominique 21/05/2016 at 20:48

    Heureuse pour toi que tu te recentre sur toi même, que tu t’écoutes et que tu retrouves l’envie.
    Ce que tu dis à propos de tout ce qu’il “faut faire” me touche beaucoup, je penses qu’en tant qu’être humain, on y est tous “soumis”, c’est aussi notre besoin de reconnaissance qui s’exprime : il faut faire comme les autres, on m’a dit de faire comme cela, je dois en passer par là… et j’en passe.
    Mais comme tu le fais bien remarquer, il ne faut pas s’oublier en chemin et perdre la notion de plaisir.
    Bon courage dans ta quête, toute ma sympathie t’accompagne,
    A septembre ^^

    • Reply Anna Chen 22/05/2016 at 00:49

      Oui effectivement. C’est un jeu tellement insidieux les “il faut” qui apparaissent dans notre esprit. Je croyais avoir laisser tout ça derrière moi dans mon ancien job. Mais quand on ne fait pas attention ça nous guette même dans un travail qu’on aime vraiment.
      Merci pour ton message !
      On se retrouve en septembre 🙂
      Anna

  • Reply Indigo 21/05/2016 at 21:29

    Been there, bizaremment ca m’est arrive juste avant de launcher en Mars ou il a fallu que je m’arrete de ‘faire’ le blog, le site web, le ceci le cela. En le faisant j’ai pu entendre ma petite voix me dire ou elle voulait aller. Ca m’a fait un bien fou et maintenant je prend plus de recul sur toute mon aventure entrepreneuriale!
    Comment etait le workshop de Rebecca Campbell?
    Peut-etre serais tu interesse par le site/blog de de celine bourra, le luxe d’etre soi.
    Bon Break
    Carine

    • Reply Anna Chen 22/05/2016 at 00:55

      Combien de temps as-tu fais un break dans ton cas? C’est cool de voir que les autres entrepreneuses font des breaks aussi :).
      Son workshop était sympa. J’aurais aimé qu’elle fasse plus de discours. On a fait beaucoup de travail sur nous.
      Je vais jeter un coup d’oeil sur le site de Celine Bourra, merci 🙂
      Anna

  • Reply Chemin de vie : 2 ans – Do What You Love 25/10/2016 at 14:38

    […] Mon break de 3 mois […]

  • Reply Reconversion professionnelle : Est-ce que ça marche? – Do What You Love 28/11/2016 at 20:50

    […] pas envie. C’était moche à voir. D’ailleurs c’est pour ça que j’ai fait un break de 3 […]

  • Leave a Reply