Ma mission: Me retrouver

15/06/2015
self-discovery

Gettyimages

À la recherche de moi-même

Depuis longtemps, j’étais insatisfaite de mon boulot. Cette frustration grandissait avec le temps. Je vivais cette frustration dans plusieurs aspects de ma vie. Je voulais changer, je voulais être plus épanouie en trouvant mon boulot ideal, un boulot qui serait fait pour moi et faire de ma passion mon boulot.
Les questions que je me suis posées au fur et à mesure de ma quête de mon job idéale ont été:
– Quel est mon job idéal?
– Quel est le job qui est fait pour moi?
– Comment puis-je faire de ma passion mon boulot?
Quelles sont mes passions?
– Quels sont mes rêves?
– Quelles sont mes forces et mes faiblesses?
– Qu’est-ce que je veux?
– Qui suis-je?

Je ne connaissais pas les réponses. Je devais me connaître mieux pour les trouver.
Je me suis rendue compte que non seulement je ne connaissais pas mon job ideal mais en fait je ne me connaissais tout simplement pas. J’étais surprise de comprendre que je m’ignorais. J’étais une étrangère à moi-même. Je me sentais si vide parce que je ne savais pas qui était la personne dans le miroir. J’ai passé toute ma vie avec moi-même mais j’ai réalisé que je n’avais aucune idée de qui j’étais vraiment. Je n’avais jamais pris le temps de prendre du recul.

Ce que veulent les autres

Pendant des années, j’ai cherché à atteindre des buts qu’on m’imposait: Je devais avoir un diplôme d’une grande école, je devais avoir un boulot bien payé. La recette du bonheur me semblait simple: plus d’argent, des amis sympas, une grande maison, un bon salaire, un mari et une famille aimante… J’ai en quelque sorte atteint ce but en appliquant la recette du bonheur mais je n’étais pas heureuse comme je m’y attendais. Ça ne marchait pas pour moi. Je voulais être épanouie et je cherchais plus de sens à ma vie.

D’une part, je devais me retrouver. De l’autre, il fallait que je me départisse des buts que l’opinion commune imposait et que j’avais adopté dans mon mode de vie.
Est-ce que c’était vraiment important pour moi de:
– Être riche,
– Acheter une grand maison,
– Être la meilleure,
– Réussir selon les standards sociaux,
– Avoir la retraite.
Ou bien les gens pensent que c’est important. J’avais tellement envie de m’intégrer et faire comme les autres que j’avais adopté ces idées comme étant les miennes. Quand j’ai commencé à regarder dans le miroir et vraiment me découvrir, je ne savais plus quelles opinions étaient miennes et quelles opinions m’ont été inculquées par les autres mais qui vivaient dans mon esprit.

Perte d’identité

J’ai été élevé avec le précepte fort qu’il faut écouter et obéir à ses parents et à sa famille. Je ne devais pas répondre et donner mon opinion parce que c’était extrêmement impoli et insolent. Mes parents me comparaient tout le temps avec mes cousines et les filles de leurs amis. “Regarde comme elle est obéissante/intelligente/travailleuse… Si seulement tu pouvais être plus comme elle.” Je pense que c’est de là que vient mon manque de confiance et ma tendance à voir le verre moitié vide.
Je voulais réussir, je voulais que les gens soient fières de moi, je voulais être la meilleure. Mais en fait, je n’étais pas heureuse même si j’avais un bon boulot, des amis et une famille… Ce n’était pas assez.
Comme pensent beaucoup de personne, je pensais qu’une fois que j’aurais eu un travail bien payé et de bonne réputation, j’aurais enfin été épanouie. Pendant toute ma vie, j’ai fait tellement d’effort pour suivre les coutumes chinoises, m’intégrer dans le monde du travail français, m’intégrer dans le monde de mes amis que je me suis perdue, j’ai perdu mon identité. Je n’ai pas écouté mes besoins, je ne me suis pas permise de rêver. Je ne pensais pas qu’à faire les choses pour répondre aux codes sociaux, faire comme les autres.
Mais qu’en etait-il de moi et de mon bonheur? J’avais oublié que j’avais des besoins, que j’existais et que j’avais des rêves. J’ai cette croyance, que mes parents ont mise dans mon esprit, que penser à soi est égoïste, prendre du temps pour soi est égoïste… Être heureuse c’est égoïste aussi? Comment est-ce que je peux être une bonne fille/amie/épouse/employée si au fond de moi je suis une personne frustrée/perdue/triste/insatisfaite?

Pourquoi cherches-tu tellement à t’intégrer alors que tu es faite pour te démarquer?

Ma mission: me retrouver

Mes outils:
– Faire du développement personnel,
– Méditer,
– Faire ce que j’aime,
– Expérimenter,
– Ne plus m’interdire de faire les choses,
– Sortir de ma zone de comfort,
– Me découvrir,
– Prendre des longues vacances pour me reconnecter à moi même,
– Ecouter mon intuition,
– Faire de l’introspection,
– Explorer mon subconscient,
– Ecrire les mornings pages.
Ma réponse est en moi: dans mon chemin de vie, dans mon histoire, dans ma mémoire, ce que j’ai fait, mes émotions et mes sensations.
Je suis la seule qui puisse mener à bien cette mission. Je vais déchiffrer tous les indices et les relierait entre eux. Et enfin me (re)trouver.

À partir d’aujourd’hui, je veux choisir consciencieusement mes buts et ma vie. Je veux savoir ce qui me fait vibrer, ce que j’aime et non ce qui est bien de faire. Je prend la responsabilité de ma vie. C’est comme ça que je veux m’épanouir, je choisis de vivre la vie que je crée et de me délivrer de la peur de ne pas faire comme les autres, de ne pas être assez bien et d’être différente. C’est ma vie, mes choix, mes rêves et mon but. Ma seule peur est de vivre une vie qui n’est pas la mienne.

Et vous, connaissez-vous vos passions? À quel point vous connaissez-vous? Êtes-vous prêt à vous connaitre à relier les indices entre eux?

You Might Also Like

4 Comments

  • Reply Lucy Rowett 15/06/2015 at 21:05

    Je suis absolument d’accord avec toi. Moi, ca semble que je recherche toujours pour moi-meme. Et je souhate avoir un boulot et mode de vie qui me nourri. <3

    • Reply Anna 15/06/2015 at 21:41

      Hello Lucy,
      Je te souhaite bon courage pour la recherche de toi meme 🙂 Une fois que tu t’y met vraiment et que tu te poses les bonnes questions. Tu verra les réponses te viendront.
      Rappelle-toi que tout est possible. Le boulot de tes rêves et le mode de vie que tu aimes.
      Merci pour ton commentaire.
      Anna

  • Reply Le pouvoir de changer sa vie | Do What You Love 06/07/2015 at 15:57

    […] mon développement personnel. En Octobre 2014, j’ai pris une life coach, pour me connaître et savoir ce que je voulais. Aujourd’hui je suis en train de devenir qui je veux être. Je veux inspirer et aider les autres […]

  • Reply Le pouvoir de changer sa vie – Do What You Love 03/11/2016 at 16:21

    […] mon développement personnel. En Octobre 2014, j’ai pris une life coach, pour me connaître et savoir ce que je voulais. Aujourd’hui je suis en train de devenir qui je veux être. Je veux inspirer et aider les autres […]

  • Leave a Reply