What I love

Miso

30/03/2018

miso titre - anna chen life coach de vie
Ça fait pile poil 2 mois qu’on a eu la joie d’accueillir la petite Miso à la maison.

Je voulais vous faire un petit retour sur elle et notre aventure avec elle.

Petite présentation

Miso est une petite bretonne. Elle vient d’un élevage qui se situe entre Rennes et Saint Malo. Elle est de race angora turc. C’est une race peu connue et peu populaire en France. Pour 10 000 naissances de maine coon par an, il y a 200 naissances d’angora turc.
miso 2 - anna chen life coach de vie

Quelques mots à propos de cette race
Les angoras turcs sont des chats originaires de Turquie (comme son nom l’indique). Ils sont très affectueux, joueurs et intelligents. C’est une race à poil mi-long sans sous poil donc peu d’entretien et ils sont pas trop poufs en général. Les angoras turcs ont une jolie collerette en hiver qui prend sa forme définitive au bout de 2 ans :). Hâte de voir celle de Miso ça va être trop mignon. Ce sont des chats très proches de leurs maîtres, un peu beaucoup chien chat. Ils suivent leurs familles partout.

Continue Reading

J’aime pas mon travail

14/03/2018

je n'aime pas mon travail - anna chen life coach de vie
Mon changement de vie a vraiment débuté par ça, par cette prise de conscience là que je vous partage aujourd’hui. Je me suis rendue compte qu’il était possible d’aimer son travail, que je n’avais plus besoin de me forcer à faire ce travail qui me stressait, qui ne me correspondait pas et qui ne faisait pas sens pour moi.

Ci dessous je parle de mon ancien travail d’informaticienne hein 😃 ! parce que j’adore mon métier de coach !

J’ai pourtant tout essayé

Dès le premier jour où j’ai commencé ma carrière, je l’avais su que ce métier n’était pas fait pour moi mais j’ai persisté pendant 6 ans. Je me suis dit que c’était la boite, le statut de consultante ou le client qui n’allait pas. J’espérais une meilleure mission. J’ai même changé de boîte et j’ai trouvé le boulot de rêve. Je m’entends encore dire: “La boîte est jeune, dynamique, start up. Je peux évoluer, apprendre. J’ai un poste avec des responsabilités. Les collègues sont ultras sympas. Mon chef est cool. Pleins de RTTs. Super CE.

Et bah non ça n’allait toujours pas.

Enfin se l’avouer

Il m’en fallu du temps pour me l’avouer, l’avouer aux autres et le dire tout haut. Dire qu’on aime pas son travail est comme un sacrilège.

« Je n’aime pas ce que je fais ». Personne ne dit ça en entreprise. On dira toujours qu’on trouve que son travail est intéressant, qu’on apprend plein de chose, qu’on a un bon salaire, qu’il y a une bonne ambiance, qu’il y a un bon CE. Mais tout ça, c’est limite pour justifier que notre travail ne nous plaît pas mais on ne se l’avoue pas. On ne le sait peut être même pas. On dit que le travail est sympa, que la cantine est bonne, que c’est proche de la maison. Mais qu’est-ce qu’on s’en fout ?!
Continue Reading

What I love

Les traditions du nouvel an chinois

28/02/2018

Traditions du nouvel an chinois - anna chen life coach de vie
On connait tous les traditions du nouvel an: boire du champagne, le foie gras, manger à s’exploser la panse, boire boire et faire la fête, les étrennes, dire bonne année jusqu’au 31 janvier, les nouvelles résolutions…

Je voulais vous parler des traditions du nouvel an chinois.
J’ai grandi en France dans une famille chinoise. Mes parents pratiquaient des traditions mais en tant qu’immigrant on ne fait que ce dont on se rappelle ou ce qui a un sens pour nous. On finit par mélanger un peu les traditions chinoises avec les traditions françaises en oubliant ce qui se fait en Chine.

Aujourd’hui, avec mon mari on fait nos propres trucs avec un peu de toutes nos cultures (chinoise, française, russe, coréenne) d’adoption et de coeur.

Le nouvel an en Chine

Les traditions dont je veux vous parler ce sont celles que j’ai découvertes quand je suis allée en Chine à l’âge de 7 ans puis 14 ans. Ça a été un grand chamboulement. Une grande découverte que d’aller voir le pays d’origine de mes parents. Vous me direz que c’est mon pays d’origine aussi. Mais je n’y ai jamais habité. Et quand j’y vais, je me sens étrangère. On le sent bien que je ne suis pas de là bas et je ne m’y sens pas chez moi non plus.
Continue Reading

Outil de développement personnel What I love

Le langage de l’amour

14/02/2018

le langage de l'amour - anna chen life coach de vie

Aujourd’hui, je voulais vous parler de la façon de reconnaître l’amour.
C’est la saint valentin. Je n’avais pas envie de parler du pour ou contre la fête, les fleurs et tout le tralala.

Je voulais vous parler du jour où j’ai compris le langage d’amour de ma mère.

Ma mère et moi

C’était la première chose que j’ai adressée sans vraiment le chercher lors de ma toute première séance de coaching avec ma coach. Alors que nous étions en train de chercher ma mission de vie. Elle me demande soudain: « Quels sont les 3 moments de ta vie qui t’ont mis le plus en colère? »
Ma relation avec ma mère.

J’en étais arrivée à un point dans ma vie où j’avais l’impression que ma mère ne m’aimait pas. J’utilisais des mots très durs à son égard. Je disais que je la détestais. On avait une relation très tendue. Toute mon adolescence a été très difficile. Elle a toujours voulu que je fasse ce qu’elle attendait de moi. Elle voulait m’imposer une vie qui ne me ressemblait pas.
À l‘âge de 20 ans, j’avais pris la décision inimaginable pour une fille chinoise de fuguer. 20 ans, ce n’est plus fuguer. Mais quand on est chinoise, on ne s’en va de chez ses parents qu’en se mariant et non pas en prenant son indépendance.

Depuis ce moment là, la relation avec ma mère a été rompue. Elle a prononcé des mots qui m’ont meurtri au plus profond de mon âme. Un jour devant toute la famille, aux fiançailles de ma cousine, elle a prononcé avec la colère dans les yeux: « Tu n’es pas ma fille. ». Moi, au bord des larmes, je restais là pétrifiée, la gorge nouée, pleine de honte. Continue Reading

What I love

L’absence de ceux qu’on aime

01/08/2017

anna chen - life coach absence de ceux qu'on aimeAujourd’hui, je voulais parler de ce que je traverse. Je savais que ça allait arriver. Ma grand mère est morte en début juillet. Ça faisait 2 mois qu’elle se battait et qu’il n’y avait plus d’espoir.

Les funérailles à la chinoise sont très compliquées. Ce sont des enchainements d’actions tellement ordonnées qu’il n’y a pas le place pour le deuil le vrai : se rendre compte qu’on a perdu un être cher. J’avais juste envie d’être avec ceux que j’aime, de me laisser aller à être moi même et de pleurer. J’ai juste envie de me rappeler de ma grand mère, lui dire au revoir.

Je n’ai pas eu l’espace de parler d’elle en famille. Ici, c’est mon hommage à moi. Ma façon de me rappeler d’elle et lui dire combien elle a compté pour moi.

Je n’ai pas envie d’enseigner à qui que ce soit comment gérer le deuil. Je n’ai rien à enseigner là dessus. C’est la première fois que je perds quelqu’un qui compte vraiment. Pendant longtemps, je disais que j’avais de la chance de n’avoir jamais eu à vivre ça, de perdre quelqu’un de cher. Ce jour-là est arrivé. Continue Reading

What I love

10 légèretés pour rendre la vie plus belle

19/06/2017

10 legeretes pour rendre la vie plus belle - anna chen life coach de vie
Je voulais partager quelque chose de léger. Je vous propose de découvrir 10 petites choses que je fais pour rendre ma vie plus belle au quotidien.

Ça fait plus de 2 mois que je n’ai pas publié. J’ai eu beaucoup de joie à écrire cet article. C’est pas trop mon style ce type d’article. J’espère que ça vous plaira de découvrir mes petites joyeusetés. Mon mari aime à dire qu’on est des grands enfants. Vous me direz si vous êtes d’accord avec lui.

Prendre soin de mes plantes

Tous les matins première chose que je fais, je me lève et j’arrose mes plantes. À la maison, il y a 6 orchidées, 3 peperomias, du basilic, du persil, 2 ficus, une fougère et 2 plantes grasses. Ça en fait du monde 🙂 . Depuis plusieurs mois, je les chouchoute vraiment. Je sais à quelle fréquence chacune a besoin d’être arrosé. Je les pulvérise tous les matins. Certaines ont besoin d’être arrosé quotidiennement. Je les observe, je le ressens. Je sais si elles ont besoin d’eau ou pas. Je me connecte à elle. Je leur donne de l’engrais. Avant, il arrivait que je laisse mourir mes plantes faute de soin. Ça me fait plaisir de les voir grandir chacune à leur rythme, voir des nouvelles feuilles vertes claires.

Ranger mon bureau

Je fais de la place sur mon bureau dès que je me lève le matin. J’aime nettoyer et ranger avant de commencer là journée. Ça me fait du bien. Je range aussi la table de la cuisine. C’est aujourd’hui devenu automatique mais ce n’était pas le cas avant. L’espace exterieur reflète l’espace intérieur et vice versa. Je me sens plus sereine pour démarrer la journée.

Dire je t’aime

Je dis Je t’aime presque tous les jours à mon chat, que je suis fière d’elle, qu’elle est la plus belle. Je dis je t’aime à mon mari. Pas tous les jours, pas comme une chanson. Un petit je t’aime avant de dormir, quand je le prends dans mes bras en me rendant à la cuisine, quand il est en train de travailler avec un petit bisous dans le cou. J’aime exprimer ces mots. Ils méritent d’être dit et peu importe si l’autre le sait déjà. Parfois, je pense « Je t’aime » à ma mère ou « J’adore » à mes clients, à mes objets (mes cristaux, mon kindle, « mes vêtements »).
Continue Reading

La vie de mouton noir

11/04/2017

la vie de mouton noir

J’étais avec une cliente qui a ce rêve de voyager. Chaque voyage pour elle est un espace de découverte, d’émerveillement, de rencontre. Là où elle est vraiment elle même. Mais sa vie la rattrape. Elle s’interdit de vivre sa vie. Elle ne supporte pas le regard des autres. Elle aimerait vivre une vie différente. Elle ne supporte pas d’être le mouton noir. Ça serait tellement plus facile d’être comme les autres et oublier qu’elle a ce rêve pour elle. Simple mais impossible.

Je ne connais que trop bien la vie de mouton noir.
Ça a énormément résonné en moi. Je suis un mouton noir. Pendant longtemps ça a été un fardeau à porter de vouloir autre chose que ce qu’on voulait pour moi, ce que je devrais vouloir selon mon statut social.

La vie de fille chinoise
J’aurais dû me marier avec un chinois avant 25 ans, arrêter mes études, travailler pour mes parents, être comme les autres, être commerçante/restauratrice, vivre dans la communauté, avoir 2 enfants…
La vie de femme active française
J’aurais dû avoir un travail CDI, être propriétaire, me marier, devenir manager, avoir des enfants, espérer qu’on me donne un meilleur poste, espérer une augmentation de salaire, monter petit à petit les échelons, attendre les weeks, les vacances, la retraite pour enfin vivre…
La vie d’entrepreneuse
J’aurais dû faire du marketing, faire du networking, collaborer avec des personnes, faire du gratuit, travailler pour les entreprises, aligner mes prix sur la concurrence, me faire connaître…

Cependant à chaque fois, j’ai choisi d’être le mouton noir, consciemment ou inconsciemment.

C’est quoi une vie de mouton noir ?

C’est suivre sa propre voie quand tout le monde voudrait que tu sois comme eux. Vivre la vie qui nous fasse vibrer, vivre son authenticité. Non, ce n’est pas seulement vivre différemment. C’est écouter cette partie de soi qui nous dit que non ce n’est pas la vie qui est faite pour nous.

La vie de mouton noir.

C’est choisir un chemin que les autres ne choisissent pas. C’est se tenir seul contre tous. C’est affirmer ses rêves, ses convictions au monde entier quand tout le monde pense le contraire. C’est vivre cette différence, c’est dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas.

Continue Reading

Life coach

Devenir coach de vie Q&A

17/03/2017

Devenir coach de vie conseils
Depuis que je suis devenue coach, je reçois très souvent des demandes pour que je partage des conseils à propos du métier de coach (formation, stabilité financière, création d’entreprise). C’est une carrière qui est très attractive en ce moment. Je suis contente qu’on m’envoie des mails. J’adore voir le chemin de chacun et l’envie grandissante d’aider les autres. Je voulais compiler mes réponses dans cet article et faire en sorte de rediriger les prochaines personnes qui me poseront des questions sur cet article :).

La réponse à chacune de ces questions pourraient faire l’objet d’un article de blog. Mais je voulais le faire court et que tout se trouve à un seul endroit.

Continue Reading

Conseil n°2 : Suis ton coeur

03/03/2017

trouver sa voie conseil 2

Le chemin qui mène jusque là

Tu es arrivée sur ce blog parce que peut être tu veux trouver ta voie, ton job idéal, celui qui te va comme un gant, que tu aurais envie de faire toute ta vie, qui soit ta passion, que tu aimes tout simplement. Mais aujourd’hui, ce n’est pas le cas.

Pourquoi? Déjà tu as passé toute ta vie à faire un travail qu’il faut en te disant qu’il fallait trouver un travail qui paie les factures, un travail où il y a un marché. Tu as choisi des études en vue d’entrée dans le marché du travail sous les meilleures hospices, tu as fais le bon bac pour avoir la bonne école. En fait, ton chemin a été tracé bien avant que tu ne prennes ce travail. Tu t’es retrouvé dans ce boulot que tu n’aimes pas. J’extrapole un peu. En fait, c’est ce qui m’est arrivé surtout.

Jamais, je ne me suis demandée ce que j’aimais, ce que je voulais faire. Mais plutôt mes choix ont longtemps été dirigé par ce besoin de créer une vie stable, avec une carrière, un boulot qui paie bien, pour assurer mes arrières, avec le bon bac, les bonnes notes. En suivant ce chemin sécurisant, j’ai fini tout droit dans une vie qui ne me plaisait plus. En fait, pendant des années ça allait jusqu’à ce que je me rappelle que je déteste mon travail et que j’en ai ma claque des RTTs et d’une promotion dans cette boite.

Mais qu’est ce qui a manqué ? Faire ce que j’aime, le boulot que j’aime.
Bah comment faire ça? Ecouter mon coeur. Lui me dira ce que j’aime faire.

Have the courage to follow your heart and intuition, they somehow already know what you truly want to become. – Steve Jobs

Euuhhh méga hic. Je n’ai jamais fait ça…. Je n’avais mis jamais le coeur en premier. Le choix du coeur était perdu entre tous les « Il faut que », « Je dois », « C’est pas cher », « Ça marche », « C’est à la mode », « C’est ce qui se fait », « Ce qui ce que truc muche a fait et elle a beaucoup aimé », « J’ai besoin de ça ». La conséquence de ça, c’est que j’avais un appart meublé chez ikea, avec plein de trucs dépareillés, des vêtements achetés parce que c’étaient pas chers ou en soldes, pleins de trucs que je faisais qui ne m’intéressaient qu’à moitié, je vivais une vie qui me ressemblait pas. Donc pas étonnant que je faisais un métier qui ne me plaisait pas non plus.
Continue Reading

What I love

Fille d’immigrés

23/02/2017

fille d'immigrés
Je sais qu’on est à une époque où l’immigration, le racisme, l’étranger, l’autre est un sujet délicat. Je ne voulais pas rajouter une couche. Ce que je dis ici est juste mon point de vue personnel et ma compréhension de la situation. Je ne pensais pas le publier mais ça me prend aux tripes et j’avais envie de le dire parce que ça me touche. Je parle rarement de mes parents. Je les évoque et je pense surtout aux rapports conflictuels que nous avons eu. Aujourd’hui l’histoire de cette immigrante qui m’a profondément émue résonne en moi et me fait comprendre tellement de choses à propos de ma famille.
Continue Reading